Pesticides dans les eaux souterraines sur internet : les données doivent couler de bonnes sources pour être incontestables



JPEG - 202.3 ko

Un article du 4 décembre 2018 paru dans le BIEN PUBLIC dénonce des données mises en ligne erronées sur la pollution des eaux souterraines par les pesticides présentées sur le site www.data-pesticides.fr Pourtant cette data-visualisation d’initiative privée avait été créée dans le cadre d’un concours organisé par le ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer.

Un outil inexistant auparavant

Ce site d’initiative privé présenterait pourtant, s’il ne comportait pas d’erreurs, un intérêt indéniable en donnant un accès fonctionnel à une vision et à une consultation d’ensemble des données existantes au niveau national. Un tel outil est inexistant à ce jour sauf à devoir fastidieusement consulter toutes les agences de l’eau de chaque bassin ainsi que les résultats des analyses de surveillance pour l’eau potable tirée du milieu souterrain. On comprend qu’il dérange les agro-industriels chimiques.

A ce jour seule l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée permet de consulter en ligne sur la zone géographique qu’elle couvre des données actualisée : http://sierm.eaurmc.fr/qualiteeaux/qualite-eau/index.html

Mais l’accès aux données de concentration de chaque pesticide y est indirect. Voir page pesticides : http://sierm.eaurmc.fr/qualiteeaux/qualite-eau/Cours-deau/MPO_7_Conta_PEST.html.

Pour les eaux du robinet d’origine souterraine ou superficielle, il existe bien un site national qui donne molécule par molécule les résultats d’analyses : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable (Mais sans préciser si l’analyse concerne l’eau distribuée ou prélevée à la source avant traitement).

*

En conclusion, on peut se demander pourquoi un tel site concernant toutes les eaux souterraines n’est-il pas mis en œuvre par l’État lui-même au plan national d’autant que les organismes publics disposent de toutes les données sur des outils informatiques… pour que les données essentielles coulent de bonne source !

*

NDLR Cette affaire n’enlève rien au fait qu’il y a bien des pesticides dans l’eau prélevées par les stations de captages situées en plaine agricole du val de Saône. Une organisation de consommateurs devrait publier d’ici peu une enquête sur ce sujet.