Commission de Protection des Eaux, du Patrimoine, de l'Environnement, du Sous-sol et des Chiroptères de Franche Comté

Bilan 2021 de la mise-bas du Minioptère de Schreibers

publié le14 décembre 2021

Dans le cadre de la réalisation du programme d’action des plans de gestion des RNN Grottes de Carroussel et de Gravelle, la CPEPESC FC réalise chaque année un suivi de la mise-bas de l’espèce Minioptère de Schreibers sur l’ensemble des sites connus. Les objectifs visés sont :

  • de permettre une estimation de l’évolution des effectifs de l’espèce sur la base de plusieurs années d’observation en période estivale
  • d’effectuer une veille sur l’ensemble des sites afin de détecter une éventuelle anomalie sanitaire ou une perturbation des sites

Sept cavités franc-comtoises sont actuellement connues comme accueillant des colonies de parturition de Minioptère de Schreibers (MS), en colonie mixte ou non avec des Murins de grande Taille (MGT – Petit Murin /Grand Murin) et du Rhinolophe euryale (RE).

Si les moyens humains le permettent, l’ensemble de ces sites fait l’objet de 3 visites au cours de l’été. Chaque site ayant sa spécificité, les moyens de dénombrement des effectifs sont adaptés à la complexité d’observation des individus. Trois méthodologies sont ainsi distinguées :

  • à vue, avec parcours diurne de la cavité ou secteurs de cavité au niveau des zones d’accroches connues, au moyen de torches équipés de filtres rouges, de jumelles et/ou d’appareil photo (équipé ou non d’un dispositif infra-rouge) pour un comptage ultérieur sur photo.
  • à vue, avec parcours nocturne de la cavité ou secteurs de cavité au niveau des zones d’accroches connues, au moyen de torches équipés de filtres rouges, de jumelles et/ou d’appareil photo (équipé ou non d’un dispositif infra-rouge) pour un comptage ultérieur sur photo.
  • à l’envol en sortie de gîte, à l’aide de dispositifs d’écoute et/ou de visualisation des ultrasons et de jumelles infra-rouge.

Effectif 2021 de juvéniles de Minioptères de Schreibers

En 2021, la mise-bas de l’espèce été observée sur 5 de ces 7 sites. Le nombre maximal de juvéniles de Minioptères de Schreibers observés au cours de la saison estivale sur ces 5 sites est de 2 937 jeunes :

Département/ CantonNb sites visitésSomme des effectifs max. de juvéniles de MS
Doubs1182
Haute-Saône2115
Jura42 640
TOTAL72 937

.

Effectif 2021 d’individus de Minioptères de Schreibers (adultes et juvéniles)

Le nombre maximal d’individus de Minioptère de Schreibers observés lors d’un passage au cours de la saison estivale sur les gîtes de mise-bas (adultes et juvéniles confondus) est de 4 063. NB : le nombre maximal de juvéniles observés ne correspond pas forcément au nombre de juvéniles intégré dans l’effectif d’individus maximal.

Département/ CantonNb sites visitésSomme des effectif max. d’individus de MS
Doubs1574
Haute-Saône2472
Jura43 017
TOTAL74063

Plusieurs constats sont dressés :

  • Les conditions d’observation des colonies de mise-bas ont été perturbées cette année par une météo défavorable (pluie et températures fraîches pour la saison) ;
  • Les conditions météorologiques défavorables ont eu un impact sur les animaux : mise-bas tardive, étalement des mises-bas sur plusieurs semaines, état sanitaire des bêtes. Dans certaines cavités, des juvéniles non volants étaient encore observés début août, très amaigris ;
  • Deux sites jurassiens sont toujours des sites majeurs pour l’accueil des populations de Minioptères en période de mise-bas, ce qui confirme cette année encore la nécessité de la mise en place d’une protection forte sur ces deux sites ;
  • La configuration d’une des cavités dans le Jura, également site touristique, ne permet pas l’observation de la colonie, et donc de la présence (ou non) de juvéniles. Depuis 2010, la reproduction sur ce site n’a été attestée qu’une seule année par l’observation directe de juvéniles de Minioptères de Schreibers morts au sol. Cependant, des individus sont audibles chaque année la nuit dans ce site, laissant présager la présence d’une colonie de mise-bas.
  • La population de jeunes nés dans la cavité haute-saônoise de Port-sur-Saône continue son déclin, malgré la mise en protection physique et règlementaire de la cavité. Il s’agit du site de mise-bas de l’espèce le plus septentrional en France.
  • La colonie de mise-bas de la cavité de Macornay (Jura) n’est toujours pas stabilisée. Après plusieurs années d’absence, des femelles gestantes sont de retour sur ce site de 2012 à 2017 (quelques juvéniles observés), puis de nouveau en 2020. Cette année, aucun juvénile n’a été observé.
  • 54 individus de Minioptères ont été retrouvés morts cette année dans 2 gîtes de mise-bas (majoritairement des juvéniles).