Commission de Protection des Eaux, du Patrimoine, de l'Environnement, du Sous-sol et des Chiroptères de Franche Comté

La Vache qui Rit et l’image écornée du BEL GROUP « For All. For Good »

publié le8 janvier 2022



En 2019, l’entreprise BEL (plus connue sous l’appellation Vache qui rit ») se dotait d’un nouveau logo « For All. For Good» qui allait parait-il incarner les engagements du Groupe devenu international,  « en faveur d’une alimentation plus saine et responsable»:

 « For All. For Good » exprime les engagements concrets et la capacité d’action de Bel pour proposer des marques innovantes, positives et porteuses de sens. Cette démarche de progrès continue s’incarne au travers d’engagements ambitieux en termes de nutrition, d’agriculture durable, d’emballages responsables, de réduction de son empreinte environnementale et d’accessibilité de ses produits ».     (https://www.groupe-bel.com/fr/newsroom/news/for-all-for-good-bel-devoile-sa-nouvelle-identite-dentreprise-qui-incarne-les-engagements-du-groupe-en-faveur-dune-alimentation-plus-saine-et-responsable-pour-tous/

Une prospérité de l’entreprise mais aussi de ses rejets !

A Lons-le-Saunier, la fromagerie des origines créée il y a plus de 150 ans, n’est plus aujourd’hui qu’une des usines du groupe même si la Maison de la Vache qui Rit y marque le berceau originel de l’entreprise.

En mars 2020, avait eu  lieu une inspection de la police des installations classées de la DREAL. Elle avait constaté que l’entreprise BEL de Lons-le-Saunier ne respectait pas les normes limites pour ses effluents fixées pourtant en août 2007. Ils saturent la station d’épuration lédonienne située à Montmorot (39) où ils aboutissent. Celle-ci, prévue pour une dépollution de 44 000 équivalents habitants (EH), reçoit en conséquence depuis plusieurs années des charges de pollution plus que doublées, jusqu’à 97 383 EH ! Cette station dont les eaux aboutissent dans la Vallière (*)  n’est donc plus depuis longtemps en capacité de traiter efficacement les effluents qu’elle reçoit.

Mais l’administration a été bonne fille pour cette  grosse entreprise. Si la préfecture du Jura lui adressait le 17 septembre 2020 une mise en demeure de se conformer à la législation, elle lui octroyait en même temps un confortable délai d’un an pour respecter les normes de rejets.

Une dissuasion administrative peu vacharde

Un an plus tard, le 28 septembre 2021, une nouvelle inspection de la DREAL constate que l’exploitant ne respecte toujours pas les prescriptions et la mise en demeure… En réponse, l’exploitant oppose qu’un retour à la conformité est prévu avant la fin de l’année 2021 et la préfecture lui délivre encore dans un arrêté préfectoral un délai de 90 jours supplémentaires.

Au-delà, en cas de retard, la société Fromageries BEL Production  France ne devra payer qu’une astreinte de 150 € par jour de retard…  Une aubaine au regard de ce que le Groupe BEL réalise annuellement.  Selon son site internet, en 2018 son chiffre d’affaires s’élevait à 3,3 milliards d’euros !

A Lons-le-Saunier, certains prétendent qu’à la Maison de la Vache qui Rit on a entendu pour la première fois depuis 150 ans, l’animal cornu pousser entre deux meuglements un énorme éclat de rire!

(*) La Vallière est un affluent du Solnan qui rejoint la Seille, affluent de la Saône.